[janvier 2014]

DE DIVERSES METHODES DE BRAQUAGE & DE FUITE
[janvier 2014]

l’histoire n’est amer qu’à ceux qui l’attendent sucrée
par usura sera ton pain de chiffe encore plus rance par usura n’est pas de claire
démarcation/ par usura rouille l’art prostitue l’artiste mène les putains
il y a des choses qui se consument + d’autres qui ne se consument point/

cette adhésion à la norme dès la prime enfance des verdicts sociaux est inscrite au
plus fort de notre engeance/
tous les dix ans c’est l’équivalent d’une ville de cent mille habitants qui décide de se
donner la mort

[il n’y a pas de petit profit médiatique]
DU BRUIT NOIR — DE DIVERSES METHODES DE BRAQUAGE ET DE FUITE

TENIR BON NEST PAS SE DÉSARMER la société, ses mondaines impasses et ses circuits piégés
DÉCHIRER N
A RIEN PERDU DE SON CHARME — la guerre est-elle la vitesse de l’histoire? les leurres sont un peu plus brillants il n’y a que ça qui ait changé
certains poètes aimeraient bien que leurs vies prennent le tour d’un show de télé
réalité
la domination peut toujours compter sur ce genre de complicité spontanée ou
appointée

il y a des textes qui valent une bataille et d’autres qui valent le mépris
que nous avons pour ces gestes qui recherchent à tout prix l’institution
cette domination qui s’arme le plus souvent de l’autorité d’un nom/ du rôle
symbolique d’une célébrité avouée comme principe et comme fin par certains via cet
attachement au nom comme manifeste de la consécration

il n’y a pas de lieu nous avançons il n’y a pas de lieu et nous reculons —
la question sociale est le refoulé de l’esthétique comme le politique est le refoulé de
la pratique poétique/ la naïveté de ceux qui croient retourner la langue de l’ennemi
contre l’ennemi

[il n’y a pas de petit profit médiatique]
DU BRUIT NOIR — DE DIVERSES METHODES DE BRAQUAGE ET DE FUITE
[il n’y a pas de petit profit médiatique]
la stridence soudaine de nos fuites

des samples comme embrayeurs ou instruments de (re)mise à feu/

les impératifs ne peuvent qu’être [au conditionnel] des indicateurs tactiques/
savoir par où ça passe, comment ça se passe, entre qui et qui, entre quel point et quel point, selon quels procédés et avec quels effets/ ce rapport entre la lutte [poétique] et une politique de vérité/ le peuple est toujours vu par les élites comme celui qui résiste et/ou essaie de se soustraire/ l’ordre libéral comporte en permanence sa face d’exception avouée ou dissimulée qui tient à ce qu’il s’incarne dans un état garant d’intérêts communautaires et particuliers — il est état de droit mais aussi état de police — état d’intégration des individus et des groupes mais aussi état d’exclusion des anormaux, des déviants, des non-rentables — état de classe organiquement associé au marché/ les droits que garantit l’état de droit pâlissent à mesure qu’on s’approche de ses marges : la réduction d’hommes à leur statut de corps sans droit, la violence comme « chiffre » de la condition humaine (où la critique se dilue en « normalisant » la violence)
si rien ne permet plus de distinguer l’état d’exception de sa règle on ne voit pas pourquoi on s’émouvrait de l’état de non-droit que se ménage certains états dans « la guerre contre le terrorisme » [si la violence est partout, elle n’est plus nulle part]/ mais il faut tout autant pointer la mise en place d’un mode de gouvernementabilité démocratique qui banalise les procédures d’exception dans ses marges physiques/juridiques/ une description qui prétend que le monde occidental a purement et simplement basculé dans la dictature fait l’impasse de fait sur le mode même d’intervention des gouvernements qui se comportent parfois comme des états voyous n’ayant pour autant pas aboli les libertés internes et qui restent soumis à un contrôle juridique et parlementaire et à la sanction électorale/ nous voulons une forme de démocratie plus vive plus immédiate plus « réelle » et moins représentée que le quotidien prosaïque et tendanciellement dépolitisé des démocraties parlementaires en régime capitaliste inégalitaire

[il n’y a pas de petit profit médiatique]
DU BRUIT NOIR — DE DIVERSES METHODES DE BRAQUAGE ET DE FUITE
Le rouge : LIMOGES où je vis/ lessivé
ET LA BANQUE GAGNE —l’attente, la solitude, le sommeil morcelé

il n’y a pas de lieu nous avançons et reculons et il n’y a pas de lieu —
le véritable champ d’action où doit s’effectuer la dépense littéraire est le champ où
se pose la question du déterminisme dans toute écriture

la gauche n’est plus marxiste mais les électeurs eux continuent de se déterminer en fonctions de leur situation économique et sociale
traià la recherche des obstacles qui nous tendront l’issue
«roturier» vient de «ruptarius» : «celui qui brise la terre» ou le poète : «celui
qui brise les couilles»/ et le passé dévore l’avenir/ et la banque gagne/ et le passé
dévore l’avenir/ et la banque gagne
ET LA BANQUE GAGNE — lessivé/ l’attente, la solitude, le sommeil morcelé

le chiffonnier qui ramasse les restes produits par la grande ville à la manière d’un
chien qui cherche à manger/
et les quelques débris seraient comme des signaux venus d’une vie plus intense

[il n’y a pas de petit profit médiatique]
DU BRUIT NOIR — DE DIVERSES METHODES DE BRAQUAGE ET DE FUITE
TENIR BON N
EST PAS SE DÉSARMER la société, ses mondaines impasses et ses circuits piégés
DÉCHIRER N
A RIEN PERDU DE SON CHARME — la guerre est-elle la vitesse de l’histoire?

.

.

*

.

.

.

.

.

*

.

.

.

.

.

*

.

.

.

.

.

*

.

.

.

.

.

*

.

.

.

.

.

.

*