De Diverses Méthodes de Braquage et de Fuite

Les textes de Consume Rouge (AL DANTE, 2014) étant tous basés sur du sampling textuel (plagier/voler des énoncés et des phrases que j’aime dans les livres des autres et les monter dans un nouveau texte bloc) — l’idée autour de ce projet « rockiste », intitulé Consumation Post-Punk, est d’utiliser la même technique d’échantillonnage pour créer des morceaux que je peux utiliser pour les performances live autour de Consume Rouge.

Autant le morceau que vous écoutez, qui date de janvier 2014, De diverses méthodes de braquage et de fuite, n’a que quelques samples (notamment la partie de batterie qui vient d’un titre de LYDIA LUNCH), autant les morceaux que j’ai crée plus récemment ne comportent, eux, que des samples.

Le titre du livre chez Al Dante vient de l’album de 1997 Consume Red du groupe japonais de noise/musique improvisée GROUND ZERO (dont l’un des membres est le platiniste OTOMO YOSHIHIDE). La musique est donc primordiale chez moi en tant qu’influence (atmosphère) mais aussi comme forme (la grande influence du livre n’est pas un texte mais un disque : l’album Endtroducing… de DJ SHADOW, 1996). L’une de mes périodes musicales préférées étant le « post-punk », le concept de ce nouveau projet sonore est de ne prendre des samples que de disques et de groupes de cette période entre 1978 et1984.

Ce qui explique le titre :

Consumation Post-Punk = les textes de Consume Rouge (remonté pour pouvoir se lover complètement dans la musique) + des samples venant du « post-punk ».

De Diverses Méthodes de Braquage et de Fuite.

A la différence du disque, Death By A Thousand Sources, intégré, comme seconde partie, à Consume Rouge qui est un disque instrumental de musique électronique drone, noise et expérimentale.

Le texte de ce morceau est un bien texte du cycle CR mais qui n’apparaît pas dans le livre sorti en avril 2014. Il fut publié par LA VIE MANIFESTE, en octobre 2013, comme Tract n°2 de leur série FACE A-FACE B.

http://laviemanifeste.com

Sylvain Courtoux

.

.

*

.

.

.

.

.

*

.

.

.

.

.

*

.

.

.

.

.

*

.

.

.

.

.

*

.

.

.

.

.

.

*